Bondia !

Enfin des news après plusieurs jours de silence (pas de connexion Internet) !

Le début de notre périple dans la famille portugaise à Fafe s’est merveilleusement déroulé. Tout va très bien pour nous deux. Aujourd’hui, nous venons d’arriver dans un petit paradis (avec un accès wifi !!) dans la région du Douro. Nous pourrons durant les 3 prochains jours alimenter le blog comme nous le souhaitons. Pour commencer, voici le carnet de route des 2 premiers jours au Portugal.

 

Mercredi 13 août 2008 : Capbreton (France) – Fafe (Portugal)

Les yeux pleins de sable, nous avons quitté Capbreton (Landes) mercredi 13 août à 05h30. Nous avons pris la route direction le Portugal via l’Espagne. Les autoroutes espagnoles traversent les campagnes, les champs, puis les montagnes. Au loin, nous apercevons des pèlerins qui se dirigent vers Saint Jacques de Compostelle (très certainement pressés d’arriver pour le 15 août !).

Nous passons la frontière portugaise vers 12h30 heure locale (moins 1h vis à vis de la France). Nous passons devant un petit bâtiment de granit aux volets fermés, abandonné, qui faisait très certainement office de poste frontière il y a encore quelques années.

Nous traversons des forêts d’eucalyptus, longeons des collines verdoyantes garnies des vignes grimpantes. Le linge sèche au bord des routes, les décorations pour les processions du 15 août s’installent tranquillement.

 

Nous arrivons à Fafe où nous avons eu la chance de rencontrer « Tatie chapeau », qui nous a fait visiter sa petite fabrique. Si tout a bien fonctionné, vous aurez droit à un reportage à notre retour.

La famille qui nous accueille vend des pâtisseries et des pains aux marchés. En fin d’après midi, lorsque nous rentrons, tous préparent les poches de gâteaux pour les vendre le lendemain. Sophie aide à la tâche. La barrière de la langue n’empêche pas des regards, des sourires et des explications avec les mains. Le rangement des biscuits doit être minutieux. Sophie prend son rôle très au sérieux … et Vincent regarde tranquillement la scène avec une bière à la main !!!

Après notre premier dîner en terres portugaises, nous tombons de sommeil et partons nous coucher rapidement.

 

Jeudi 14 août 2008 : Fafe – Barcelos – Braga – Santo Ovido

Au réveil, la table du petit déjeuner est remplie de viennoiseries traditionnelles. Nous ne savons lesquelles choisir.

Nous partons pour Barcelos au marché. Nous nous croyons encore en France tellement il y a de voitures françaises et surtout, difficile d’entendre parler portugais selon les stands. Pas vraiment Déboussolés sur le coup … ! Ceci dit, le marché est vraiment magnifique. Ici se mélangent légumes, vêtements, paniers, chapeaux, fleurs, pains, volailles vivantes … sur des centaines de mètres carrés de stands. A la mi-journée, les commerçants sortent leur casse-croûte (souvent à base de riz) et mangent en attendant les clients. Bientôt, un diaporama viendra illustrer ce moment coloré.

L’après-midi, nous allons à Bom Jesus, site religieux (et touristique !) qui surplombe la vallée de Braga.

En fin d’après-midi, nous nous rendons à Santo Ovido, un tout petit village dont la chapelle surplombe la vallée. Nous traversons la place où une scène et des décorations sont installées (dimanche aura lieu une procession pour célébrer le saint local ; les pèlerins viennent ici pour prier le Saint de l’ouïe). Nous nous laissons guider par le son des chants folkloriques diffusés par des haut-parleurs accrochés au clocher de la chapelle. Ici, le temps semble s’être arrêté.

Au détour de la chapelle, nous improvisons une discussion avec le gardien. Après 5 minutes d’échange, nous n’avons toujours pas compris ce qu’il cherchait à nous expliquer.

En redescendant la colline, nous flânons quelques minutes sur une place où des enfants jouent au Mèco (jeu de quilles et de palets). En observant les mimiques et les invectives de ces gamins, nous comprenons que les petits portugais ne sont pas passionnés que par le football !

De ces premiers jours de voyage,  nous retenons que la barrière de la langue nous plonge dans des situations frustrantes et sympathiques.

La suite très vite…

Retour à l'accueil